Orgie et échangisme à l’hôtel

Geoff, mon mari, est maintenant complètement impuissant à la suite d’un accident qu’il a eu il y a quelque temps, et son seul souhait dans la vie est donc de me voir heureuse. Pour y parvenir, il m’encourage presque à prendre du bon temps et ne voit aucune objection à ce que j’aie d’autres amis masculins si nécessaire, tant que je reste médicalement consciente.

Ainsi, lorsque Claude m’a demandé d’être sa partenaire de danse lors du dîner/danse de son entreprise qui impliquait une nuitée, il était plus que disposé à accepter.

Claude s’est avéré être l’âme de la discrétion lorsque nous nous sommes retrouvés pour sa leçon, et n’a fait aucune référence à notre dernière rencontre pour le dîner dansant de son entreprise, si ce n’est pour me remercier une fois de plus d’être un partenaire de danse si merveilleux. Il m’a tout de même embrassée à la fin de la leçon, mais à part cela, il n’a fait aucune référence au côté sexuel de la soirée. En d’autres termes, il a continué à être un élève modèle de la danse de salon.

Claude était déjà un danseur extrêmement compétent, et avait passé ses tests de médaille avec brio, et maintenant il a suggéré s’il devait ou non viser un niveau encore plus élevé en passant un examen professionnel. Je lui ai dit que je ferais tout mon possible pour l’aider à atteindre cet objectif, car son niveau était déjà assez élevé, et tout ce qu’il avait à faire à partir de là était d’apprendre à enseigner. En fait, je me souviens avoir suggéré que nous pourrions peut-être l’employer à temps partiel.

Ses cours ont donc continué, et à part le baiser à la fin de chaque session, il était un élève modèle qui n’a jamais profité de ce qui s’était passé dans mon histoire de dîner dansant.

Jusqu’à environ trois ou quatre mois plus tard. L’Open devait avoir lieu, comme d’habitude, à Blackpool, et Claude a suggéré que nous pourrions peut-être organiser un car pour que certains de nos élèves s’y rendent pour une soirée au moins.

Cela m’a semblé une bonne idée à moi aussi, car cela signifiait que certains de nos élèves pourraient voir par eux-mêmes, de première main, quels hauts standards étaient atteignables.

Il n’a pas été difficile d’obtenir un nombre suffisant de personnes pour une soirée d’entraîneur, d’autant plus que beaucoup d’étudiants étaient déjà soit mari et femme, soit partenaires d’une autre manière, comme des fiançailles ou même simplement des sorties ensemble. Ceux qui étaient célibataires ont également réussi à s’équilibrer de manière à ce qu’il y ait un nombre égal de personnes des deux sexes, idéal pour une occasion de danse.

Mais comme les finales des concours se dérouleraient sur deux soirs, nous avons également dû réserver un hébergement, ce que j’ai réussi à faire sur la Côte Sud pour nous tous, même si nous avons dû utiliser deux hôtels différents mais adjacents.

Nous avons également tous convenu que, comme il s’agissait d’une occasion spéciale, nous irions aussi pour les deux soirées – le vendredi soir étant la finale des classes de danse de salon professionnelle et le samedi la finale des classes de latin professionnelle.

En ce moment en webcam sexy

Le vendredi en fin d’après-midi, nous avons donc pris la M5, une vingtaine d’entre nous en tout, tous impatients de voir des danses brillantes, mais aussi de pouvoir se frotter sur la piste de danse avec beaucoup d’autres personnes de même niveau.

Comme je l’ai dit, nous étions en fait à égalité de sexe, soit dix hommes et dix filles, bien que cela incluait Claude, ce qui signifie que j’étais assise à côté de lui car tous les autres étaient déjà jumelés d’une manière ou d’une autre.

Contrairement à la dernière fois où nous sommes allés à son dîner dansant, j’étais habillée de façon plus décontractée, alors que la dernière fois, je m’étais habillée en conséquence. Je portais donc une mini-robe ordinaire, l’ourlet bien au-dessus du genou pour faciliter les mouvements, et sous laquelle je portais un soutien-gorge ainsi qu’un string et des collants, le tout en noir.

Beaucoup d’autres femmes étaient habillées de la même façon, et les hommes portaient tous des costumes de salon.

Je mentirais si je disais que Claude s’est bien comporté pendant le voyage, car être assis si près les uns des autres se prêtait à un petit contact corporel. Il a commencé par me tenir la main comme si nous étions un couple, et j’ai accepté. Mais alors que nous roulions sur l’autoroute, il a semblé essayer de s’assoupir et sa tête s’est posée sur mon épaule. Je suis devenue un peu plus audacieuse. Après tout, il s’était si bien comporté pendant ses cours malgré l’intimité que nous avions eue lors de son dîner dansant que j’ai pensé qu’il méritait un peu d’appréciation. Ce qu’il ne savait pas, c’est que lorsque j’avais réservé les chambres pour la soirée, j’avais soigneusement attribué des chambres simples et doubles en fonction de l’état civil, etc., mais je n’avais délibérément pas réservé de chambre simple pour moi – j’avais l’intention de partager la chambre double que j’avais réservée pour lui !

Ainsi, alors que sa tête se laissait aller sur mon épaule, j’ai soigneusement passé mon bras autour de lui et j’ai attiré sa tête vers ma poitrine. C’est à ce moment-là que j’ai aussi su qu’il ne dormait absolument pas et qu’il l’essayait, car j’ai senti sa bouche se frotter à mon sein et sa main s’est posée sur mon genou découvert.

J’ai ignoré ses intentions pendant un moment, appréciant les sensations alors qu’il se frottait à mon sein recouvert d’un soutien-gorge et que sa main commençait doucement à se glisser le long de ma cuisse, s’insérant délicatement sous l’ourlet de ma jupe évasée.

C’est alors que je lui ai chuchoté, comme je ne voulais pas être entendue, que je portais des collants et qu’il serait donc frustré s’il essayait d’aller plus loin ! Il a alors levé les yeux vers moi et a souri. J’ai souri en retour pour le rassurer, et je lui ai dit d’être un bon garçon et de bien se comporter, et qui sait quelle friandise il pourrait gagner en conséquence. Après tout, nous étions en public, en quelque sorte, et je ne voudrais pas que la plupart des autres personnes sachent qu’il y a eu quelque chose entre nous.

Heureusement, personne ne regardait dans notre direction à ce moment-là, et il m’a donc regardée d’un air penaud et a convenu que ce n’était pas le moment.

Finalement, nous sommes arrivés à nos hôtels et je me suis occupée de l’attribution des chambres dans chaque hôtel, puis tout le monde est allé se changer et se rafraîchir avant que nous nous rendions tous au centre, où j’avais déjà réservé des billets.

C’est alors que Claude a eu sa surprise. Il était allé dans sa chambre pour prendre une douche, et j’avais vu aux derniers arrangements de notre groupe. Il a eu un léger choc, dont il s’est vite remis, lorsque sa porte a soudainement été ouverte par ma clé et que je suis entrée pour le surprendre entièrement nue alors qu’il s’apprêtait à aller dans sa salle de bain !

“Ma chambre aussi !” J’ai annoncé. “C’est pour ça que tu as un lit double !”

Son visage était une image.

“Alors tu vois – ça valait la peine de se retenir sur le carrosse, n’est-ce pas ?”. Je lui ai demandé, alors que je commençais aussi à me déshabiller.

“Je vais enlever mes propres collants, si ça ne te dérange pas”, lui ai-je dit. “Ils sont neufs et je ne veux pas qu’ils soient échelonnés. Mais tu es le bienvenu pour m’aider avec tout le reste, même si n’oublie pas que nous n’avons qu’une demi-heure environ avant de devoir sortir.”

Claude était tout à fait d’accord pour baiser sur le champ, mais je l’ai arrêté, lui rappelant que nous n’avions pas assez de temps, mais lui permettant d’avoir un rapide tâtonnement avant de nous doucher et de nous habiller pour la soirée.

J’ai ouvert ma valise et j’ai sorti ce que je comptais porter ce soir-là. “Je porterai des culottes ce soir”, lui ai-je dit, “car nous serons en public et elles risquent de se voir si nous dansons vigoureusement. Mais je porterai aussi des bas car ils me font me sentir tellement sexy lorsque ma jupe s’envole et les expose. Mais est-ce que je porterai un soutien-gorge ou non ?

Je savais quelle serait sa réponse avant qu’il ne dise : “Non. J’aime regarder tes seins se trémousser quand tu danses.”

Nous avons tous les deux ri, et j’ai enfilé ma robe pour la salle de bal. Contrairement à celle que j’avais portée pour lui la dernière fois, celle-ci n’était pas longue, mais évasée, alors que celle que j’avais portée dans la diligence était courte, et sous elle, je portais un jupon évasé qui non seulement améliorerait son apparence mais l’aiderait aussi à s’envoler davantage si je devais tournoyer.

En retrouvant les autres à l’extérieur, nous avons attrapé l’un des trams pour lesquels Blackpool est célèbre et nous nous sommes rendus à la salle de bal. Bien que nous ayons commencé en groupe, nous avons commencé à nous séparer au cours de la soirée, même si j’ai essayé de danser à tour de rôle avec le plus grand nombre possible de mes élèves, bien que Claude ait été mon partenaire le plus fréquent lorsque nous dansions entre les tours du concours.

Mais lorsque j’étais avec Claude en particulier, il s’assurait que je virevoltais autant que possible, de sorte que même s’il ne pouvait pas voir mon étalage de jambes et de bas, il s’assurait au moins que les autres le pouvaient.

En fait, sur le chemin du retour, une des filles m’a chuchoté que son mari avait vraiment apprécié mon étalage et a dit que cela l’avait excité au plus haut point de voir mes hauts de bas se dévoiler. Elle a dit que cela l’avait excité et qu’il allait insister pour qu’elle aussi porte des bas la nuit suivante.

Une fois de retour à l’hôtel, il était tard et nous sommes tous allés nous coucher. Après tout, nous avions autant voyagé que dansé et cela commençait à se ressentir sur nous. Demain serait une autre histoire.

Une fois dans la chambre, cependant, Claude s’est réveillé une fois de plus. Il s’est immédiatement renversé en arrière sur le lit et s’est assis en me regardant. Je savais ce qu’il avait en tête, et je me suis donc tenue devant lui pendant que je déboutonnais lentement ma robe, puis que je l’enlevais pour me tenir devant lui, juste avec mon minuscule string et mes bas de contention. Il n’a pas perdu de temps, il s’est levé et a pris mes seins dans ses mains, il les a lentement léchés et mordillés à tour de rôle, ses mains sont tombées sur mon string et les ont juste insérées sous la taille élastique.

“Enlève-les – tout !” Je lui ai dit, et sans plus attendre, il a soigneusement retiré les bas et le string, me laissant exhiber fièrement ma chatte lisse qui avait commencé à gonfler par anticipation, aidée par le fait que j’essayais aussi de pousser cette partie de mon anatomie vers lui.

Il s’est mis à genoux, et sa bouche a cherché et goûté mes lèvres humides, alors que je lui ai dit de se déshabiller, comme nous avions toute la nuit pour faire ce que nous voulions. Il n’y avait pas besoin de rentrer à la maison pour cette occasion.

Il n’a fallu que quelques secondes pour que nous soyons tous les deux allongés dans le lit, Claude au premier plan alors que sa queue rigide était avalée par ma chatte avide. “Je prends la pilule, comme tu le sais”, lui ai-je crié. “Ne te retiens pas et ne gaspille rien !”

Quelques secondes plus tard, je l’ai senti pomper pour tout ce qu’il valait. Le pauvre garçon devait être très remonté, pour ne pas avoir tenu plus longtemps. J’ai senti le flot qui jaillissait de lui, mais j’étais légèrement déçue de ne pas avoir été capable d’égaler sa vitesse. Cependant, la nuit était encore jeune, et la prochaine fois, il pourra peut-être mieux contrôler ses émotions.

Je n’ai pas non plus été déçue lorsque je me suis retrouvée à nouveau réveillée alors qu’il pénétrait une fois de plus dans ma zone la plus sensible. Cette fois, il s’est mieux contrôlé, peut-être parce que je lui causais moins de friction car j’étais déjà tellement humide à l’intérieur depuis sa dernière éjaculation.

J’ai perdu le compte du nombre de fois où nous avons fait l’amour cette nuit-là. Même dans le passé avec Geoff, je n’avais pas eu autant de baises en si peu de temps. Son endurance était formidable.

Le lendemain matin, nous avons été réveillés par la femme de chambre qui apportait le thé. Aucun de nous n’avait mis de tenue de nuit, (je n’en avais pas sur moi volontairement), et donc quand nous nous sommes assis, nous étions tous les deux nus à partir de la taille. Cela ne l’a pas dérangée de voir Claude avec la poitrine nue, mais j’étais assez nonchalante à l’idée d’exhiber mes seins fermes comme si je dormais toujours complètement nue. Typique du personnel de l’hôtel, cependant, elle a fait semblant de ne pas remarquer, surtout que le thé du matin n’avait pas seulement été commandé pour notre chambre par numéro, mais aussi à nos noms respectifs ! Et ceux-ci étaient naturellement différents !

Nous nous sommes douchés en toute décontraction, habillés avec les vêtements avec lesquels nous avions voyagé, sauf que je portais maintenant une autre paire de culottes, que j’avais décidé de porter car nous ne savions pas ce que nous ferions ce jour-là jusqu’aux concours de danse.

Mais en descendant prendre le petit-déjeuner, nous avons décidé d’aller dans la salle à manger ensemble. Après tout, personne ne saurait que nous nous étions rencontrés dans l’ascenseur ou autre.

Nous avons rejoint un couple à leur table, Linda et Hector, et leur avons souhaité le bonjour. À notre grande surprise, Linda nous a demandé si nous nous étions bien reposés, ajoutant qu’ils étaient dans la pièce voisine et qu’ils savaient que nous étions ensemble, nous ayant vus tous les deux entrer et fermer la porte. Elle a ensuite essayé de nous rassurer en disant : “Écoute, Janice. Certains d’entre nous t’ont vu toi et Claude ensemble dans le passé, et nous savons comment vous vous regardez parfois, sans compter ton comportement dans le car – nous étions derrière toi là-bas ! Nous ne dirons rien à Geoff si tu ne le veux pas, mais laisse-nous te rassurer – nous sommes aussi des échangistes, et nous passons souvent des nuits avec d’autres conjoints !”.

Je savais à peine de quel côté regarder d’abord pour être gênée. C’étaient mes élèves ! Ils étaient mariés l’un à l’autre, je le savais, mais cette confession était une révélation pour moi. Claude, de son côté, semblait prendre la chose plus facilement, puis il a dit : “Je le savais, Janice, pour Linda et Hector. Je les ai rencontrés une fois à une fête, bien que je n’aie participé à aucun des ébats car il n’y avait qu’une ou deux personnes présentes qui aimaient vraiment l’échangisme.”

Hector a ensuite pris la parole. “Ne t’inquiète pas, Janice”, a-t-il dit. “Nous garderons ton secret et cela ne fera aucune différence lorsque nous aurons nos leçons. Nous sommes les âmes mêmes de la discrétion. En fait, nous soupçonnions depuis un certain temps que Claude et toi aviez des vues l’un sur l’autre, comme je l’ai dit. Et Julie et Michael nous l’ont dit à plusieurs reprises – ce sont aussi de grands amis échangistes. Mais pour te montrer à quel point nous pouvons être discrets, tu entends probablement parler de notre mode de vie pour la première fois, n’est-ce pas ? Et pourtant, tu nous connais tous les quatre depuis deux ou trois ans !”.

Je leur ai dit que c’était la première fois que j’entendais parler ou même que je soupçonnais leurs activités extraconjugales, et qu’ils avaient tous les quatre réussi à les dissimuler au reste du monde.

Donc, après avoir promis que mon secret était en sécurité avec eux, nous avons terminé le petit-déjeuner et sommes allés nous promener sur la célèbre Blackpool Promenade.

Nous nous sommes tous retrouvés en mangeant notre repas de début de soirée, avant de nous changer une fois de plus pour la séance du championnat de latin.

Cette fois, je porterais un costume latin plus adapté à l’occasion : une robe aussi courte, mais encore une fois, j’ai veillé à ce qu’elle soit aussi légère que possible, d’autant plus que je n’avais pas l’intention de porter des collants comme je l’aurais fait si j’avais concouru.

D’autre part, une culotte était indispensable avec cette robe, et j’en avais une paire d’un nylon très léger. Je savais que la matière réelle était assez transparente, mais j’étais loin de chez moi, j’étais inconnue en dehors de mes propres élèves et j’avais méchamment l’idée que cela pourrait montrer à certains d’entre eux une nouvelle facette de moi. Remarque : j’espérais aussi qu’un des autres hommes serait mon partenaire pour que Claude puisse avoir l’occasion de me reluquer.

J’ai donc demandé à Claude de ne pas entrer dans la salle de bain pendant que je me changeais et j’ai mis un manteau sur ma tenue pour qu’il doive attendre de voir ma façon de m’habiller pour cette soirée.

En arrivant au centre, nous, les filles, sommes toutes allées aux vestiaires après avoir déterminé où nous allions rencontrer les hommes. J’ai été amusée de voir qu’une ou deux des filles étaient également habillées de façon un peu provocante (bien qu’aucune d’entre elles n’ait été aussi audacieuse que moi), et j’ai soupçonné qu’elles avaient un peu suivi mon exemple de la nuit précédente lorsque j’avais si facilement flashé. Certes, Linda était dans une mini-robe et il était évident qu’elle portait des bas, car les hauts commençaient à se voir lorsqu’elle s’est assise. Mais d’après ce que j’avais compris au petit-déjeuner ce matin, Linda ne répugnait pas à s’exhiber à la moindre occasion.

Mais je préparais ma stratégie. Nous avons regardé le tour préliminaire du concours, puis une Samba a été annoncée pour la danse générale. J’ai été rapide et j’ai demandé à Pete, l’un des hommes célibataires, s’il voulait bien m’emmener sur la piste. “Ta samba a besoin d’un petit coup de polish” lui ai-je dit, “bien que tu aies déjà un niveau élevé”. Puis je me suis tournée vers Hector et Claude et leur ai demandé d’observer attentivement afin d’aider Pete à corriger d’éventuelles petites fautes.

Je suis restée délibérément près des sièges de notre groupe et j’ai vu que seuls Hector et Linda, ainsi que Claude et Penny (la fiancée de Pete) étaient encore assis, et tous les quatre regardaient avidement non pas Pete, mais moi qui m’assurais de montrer le plus possible ma petite culotte, sachant qu’il aurait été possible de voir au travers s’ils avaient été plus près.

En fait, lorsque nous avons terminé notre danse et que nous sommes retournés à nos sièges, Hector s’est assis à côté de moi et m’a félicitée pour mon audace. Il m’a parlé si doucement, et comme j’étais au bout d’une rangée, il n’y avait personne de l’autre côté pour entendre, lorsqu’il m’a dit que lui et Linda avaient discuté d’inviter Claude et moi à boire un verre dans leur chambre d’hôtel à notre retour, lorsqu’il a dit qu’il pourrait dire plus fort ce qu’il pensait de ma démonstration. Est-ce que j’accepterais ?

Je voyais Hector et Linda sous un nouveau jour pendant ce voyage. Je n’ai que légèrement hésité avant de lui dire que j’adorerais discuter – ou quelque chose – et j’ai mis un léger accent sur le “quelque chose” en le disant. Il a répondu en serrant ma cuisse nue avant de se tourner pour parler à Linda, en essayant de ne pas être trop évident devant les autres, bien qu’à ma connaissance, aucun des autres ne faisait attention à notre collusion.

Le reste de la soirée s’est très bien passé, et alors que nous hélions des taxis pour nous ramener à notre hôtel, j’ai été amusée de constater que Claude et moi partagions un taxi avec Hector et Linda. Je m’en doutais un peu, mais l’arrangement était encore plus évident lorsque Claude a grimpé sur le siège avant, me laissant assise entre Linda et Hector. Ce ne fut pas non plus une surprise lorsque Hector s’est immédiatement tourné vers moi et a une fois de plus posé sa main sur ma cuisse, écartant mon manteau pour le faire. Ce qui était un peu surprenant, par contre, même si en fait ce n’était pas si surprenant que ça, c’est que Linda a aussi placé sa main la plus proche sur l’autre cuisse ! Je m’attendais à moitié à ce qu’une ou les deux mains commencent à se balader vers le haut, mais elles essayaient manifestement de ne pas pousser leur chance trop tôt.

Quoi qu’il en soit, nous sommes arrivés à notre hôtel et avons commencé à suivre Linda et Hector jusqu’à leur chambre. Je me souviens m’être dit : “Ça y est, Janice. Soit tu vas aimer partager un rendez-vous galant secret, soit ta réputation va tomber en lambeaux. De toute façon, c’est parti, puisque tu t’es déjà engagée et que tes sentiments pour Claude ont déjà été découverts. Donc dans tous les cas, tu as été compromise.”

Lorsque nous sommes entrés dans leur chambre, Hector s’est tourné vers moi et, demandant à Linda de servir des boissons, il a dit : “J’espère que cela ne te dérangera pas mais dans notre petit cercle, nous ne croyons pas qu’il faille tourner autour du pot et nous disons ce que nous pensons sans aucune inhibition. Est-ce que ça te convient ?”

“Ça me convient”, ai-je répondu. “Je promets de ne pas tourner autour du pot non plus et de dire ce que je pense. Et je doute que tu puisses un jour m’embarrasser – tu n’as vu qu’une seule facette de moi jusqu’à présent – celle de ton professeur de danse. J’ai une autre facette, comme Claude peut en témoigner.”

Claude a hoché la tête en signe d’accord, tandis que nous attendions tous les prochains mots de Hector. En fait, ses paroles ne m’ont pas du tout surprise, surtout si l’on se souvient de la façon dont il m’avait reluquée lorsque je dansais – même si je lui avais pratiquement demandé de le faire !

“C’est vrai”, a-t-il dit. “Tu les as exhibés toute la nuit pour nous, alors laisse-nous voir cette culotte correctement !”.

Je me suis mise à rire. “C’est juste ma culotte que tu veux voir ou ce qu’il y a dedans ?”.

Avant que Hector ne puisse répondre, Linda a répondu en disant à voix haute – “Les deux !”. Nous l’avons tous regardée et le rire s’est répété de nous trois.

“Veux-tu m’aider à enlever cette tenue, alors, s’il te plaît ?”. J’ai demandé en général. “Il y a tellement de crochets et de fermetures cachés et je ne peux pas voir le dos correctement.”

“Je vais le faire, s’il te plaît”, a dit Linda avant que les deux autres ne puissent répondre. “Les hommes pourraient être trop maladroits et endommager une robe si délicate.”

Alors qu’elle commençait à m’aider à enlever le costume, on a frappé à la porte – trois coups, suivis de deux coups, suivis d’un coup.

“Je vais y aller”, dit Hector, “mais continue, Linda, s’il te plaît. Nous savons qui c’est. C’est le coup spécial de Julie et Michael,” m’a-t-il expliqué.

Je ne savais pas encore que Julie et Michael étaient dans le secret, et s’ils ne l’étaient pas, ils allaient avoir une agréable surprise, ai-je pensé.

Mais à ma propre surprise, lorsqu’ils sont entrés dans la pièce, ils portaient tous les deux des robes de chambre !

Et j’avais également raison lorsque j’ai supposé qu’ils n’avaient pas encore compris que Claude et moi étions sur le point d’être acceptés dans leur cercle ! C’est ce qu’a montré Julie en s’exclamant : “Janice ! C’est une agréable surprise ! Et Claude aussi ! Nous savions que vous étiez en train de devenir un couple pendant ce voyage, mais nous ne savions pas que vous étiez aussi des échangistes. Et nous vous connaissons depuis si longtemps !”

“Oui. Quand Hector et Linda nous ont dit qu’ils recevraient des invités spéciaux pour la nuit, nous ne savions pas que ce serait toi.”

Linda avait maintenant réussi à enlever la partie principale de mon costume, de sorte que je ne portais plus que la culotte transparente.

“Mais nous sommes si heureux que les invités soient devenus toi. J’ai dit à Michael pendant que nous étions dans la salle de bal que ça ne me dérangerait pas de regarder de plus près cette culotte que tu montrais pendant que tu dansais,” ajoute Julie. “Je les lui ai montrés du doigt car il ne les avait pas remarqués au début !”.

“Et maintenant nous pouvons les voir correctement !” dit Michael avec un peu d’excitation dans la voix.

“Je pense que Janice te laissera les examiner de plus près si tu lui demandes gentiment”, a plaisanté Hector. “J’étais sur le point de le faire quand tu es arrivé”.

Linda se tenait juste derrière moi à ce moment-là, et bien que je m’attendais à moitié à ce qu’elle fasse quelque chose, j’ai été un peu surprise quand elle a habilement poussé sa main sur le devant de la culotte, plaçant sa main directement sur ma chatte, tout en disant à tout le monde : “Regarde comme elle est transparente. Tu peux définitivement voir ma main à travers !”.

Cela a entraîné la réplique de Michael – “Je préfère ce que l’on voyait avant que de pouvoir voir ta main !”.

Linda a pris cela comme un signal et les a immédiatement poussés jusqu’à mes cuisses, exposant correctement les lèvres de ma chatte pour la première fois. J’étais prête pour cela, cependant, et je me suis tenue fièrement face à eux tous, alors que Linda s’approchait maintenant pour mieux voir elle-même.

Je commençais à m’amuser mieux que je ne l’avais fait depuis un certain temps. J’avais toujours voulu faire un acte d’exhibitionnisme, et maintenant que j’avais brûlé mes bateaux en acceptant de participer à cette fête, j’étais déterminée à en profiter pour tout ce que je valais.

“Bien, alors”, ai-je lancé comme défi. “Vous pouvez tous voir les miens – je veux voir tous les vôtres !”

Immédiatement, Michael et Julie se sont débarrassés de leurs robes de chambre, se révélant complètement nus en dessous. Ils étaient vraiment venus préparés ! Linda, Hector et Claude ont été un peu plus lents car ils avaient plus à se dévêtir, mais bientôt nous étions tous les six dans un état de nudité complète.

Après cela, c’est devenu un “free-for all”, sans limites (ou trous), pour ainsi dire. Alors que Claude et moi avions joué l’un avec l’autre, baisé l’un avec l’autre, et touché et embrassé l’un avec l’autre partout, les cabrioles d’hier soir se répétaient maintenant sauf qu’il y avait cinq autres personnes impliquées au lieu d’une seule en plus de moi.

Je me souviens très peu de ce qui s’est passé par la suite, car toute la nuit est devenue une agitation dans mon esprit, tant il s’est passé de choses. Je me souviens à un moment que j’étais allongée sur le lit avec une bite dans ma chatte et une autre dans ma bouche, tandis que les lèvres de quelqu’un me pinçaient les tétons. Trois en même temps ! Je me souviens m’être réveillée alors que j’étais sur le lit, sur le sol, toute seule, dans les bras de quelqu’un, en train de me faire baiser, et ainsi de suite tout au long de la nuit.

Heureusement, Hector et Linda avaient annulé leur appel matinal, donc au moins nous n’avons pas été dérangés par une femme de ménage apparaissant soudainement pour nous trouver dans l’état où nous étions.

Mais quand il s’est agi de retourner dans nos propres chambres, car nous devions partir ce matin-là, Julie et Michael allaient bien – ils avaient leurs robes de chambre. Claude allait bien – il s’est rhabillé. Mais je doutais que ce soit bien de marcher dans le couloir de l’hôtel en portant ma robe de la veille – cela en aurait trop dit. Quoi qu’il en soit, j’ai pu emprunter une robe de chambre à Linda, et Claude et moi sommes donc retournés dans notre chambre où nous nous sommes suffisamment habillés pour prendre le petit-déjeuner, revenant ensuite pour refaire nos bagages.

L’autocar nous attendait, et comme par hasard, le siège arrière était libre – le “siège arrière” généralement recherché par les couples qui ne sont pas opposés à un petit jeu sexuel pendant le voyage.

Claude et moi nous y sommes assis d’un côté, et à ma grande joie, nous avons été rejoints presque immédiatement par Julie et Michael, qui ont dit au couple suivant qui le cherchait qu’ils avaient promis de le garder pour Hector et Linda.

Pendant notre voyage de retour, Claude et moi avons donc pu caresser sans être dérangés, les seuls à pouvoir voir sans essayer délibérément de regarder étant Julie et Michael. Ce n’est pas que nous ayons beaucoup caressé. Nous étions trop épuisés par la nuit dernière, mais nous nous sommes serrés l’un contre l’autre plus que nous ne l’aurions fait normalement pendant tout le trajet.

Mais en faisant mes adieux au reste de la fête lorsque nous sommes enfin arrivés, j’ai eu une pensée qui m’a fait réfléchir. Comment allais-je affronter les prochaines leçons particulières avec Michael et Julie, et avec Hector et Linda ? Comment devrais-je me comporter lorsqu’ils viendraient ? J’ai regardé Claude et je me suis souvenue à quel point il s’était bien comporté après la première fois. Mais les quatre autres se comporteraient-ils de la même façon ? J’ai décidé qu’il n’était pas utile de s’inquiéter de cela, mais de faire face au fait que je devais simplement attendre et voir.

sexe a plusieurs hotel